Depuis janvier 2006 vous êtes sur le site de Daniel LAURENT - auteur halieutique independant - éducateur sportif breveté - moniteur guide de pêche multi-pêches

daniel EXPERT

la breme commune

c VISION ET IMAGINERIE
Se protéger les yeux pour bien voir, adapter une batterie solaire à son portable, filmer sous l'eau etc.. Des centaines de produits qui vont vite vous devenir indispensables !
boutique
accueil> répertoire eau douce > la brème commune >>
répertoire des poissons d'eau douce les noeuds et les montages les amorces et les appâts les techniques de pêche
A B C D E F G H-I J-K L M N O P-Q R S T U-V-W-X-Y-Z
description de la brème commune

voir
pêche pratique de la brème

la brème en automne

la brème en canal à la canne

la brème en étang à la canne

la brème à la pelote d'argile

la brème en rivière à la canne

la brème en rivière au feeder

  CLASSIFICATION
Règne : Animalia
Embranchement : Chordata
Classe : Actinopterygii
Ordre : Cypriniformes
Famille : Cyprinidae
Nom scientifique : Abramis bramara


IDENTIFICATION

Poids moyen : 300 à 800 gr
Poids record : 7,5 kg
Tailles moyennes : 25 à 45 cm
Exceptionnellement :  72 cm
Espérance de vie : de 4 à 6 ans
  BREME
brème
Ce poisson à son corps recouvert de mucus visqueux, qui fait pester le pêcheur amateur en quête d’une friture, mais qui fait le bonheur des pêcheurs de compétition.
Votre prochain partenaire de pêche est âgé d’un peu plus de 50 millions d’années. « Sua quemque trahit voluptas ».

CARACTERISTIQUES
La brème commune a un corps caractéristique, élevé et plat (on la surnomme parfois plateau). Sa nageoire anale est très longue et la caudale fortement échancrée, avec un lobe inférieur un peu plus long que le supérieur. La nageoire dorsale a ses trois premiers rayons épineux, de même pour la nageoire anale. 
La tête, petite se termine par une bouche protractile (se dépliant vers l'avant), ce qui la différencie de la brème bordelière. L'œil est plutôt petit.


  Il existe cinq espèces de brèmes en France
- La brème commune, Abramis Brama.
- La brème bordelière, Abramis Bjoerkna.
- La brème de Bugghenhagen, Abramis Bugghenhagli.
- La brème de Gehin, Aramis Gehini (du nom du découvreur de la fécondation artificielle au XIXème siècle)
- La brème rosse ou rousse, Abramis Abramorutilus, serait davantage une hybridation avec le gardon, (comme la brème de Bugghenhagen) et vit dans les grands fleuves.
- Deux autres espèces, la brème de Sopa et la brème de Zerte sont des poissons d’Europe centrale, alors que la brème commune est quasiment absente en Italie et en Espagne sauf de très rares exceptions (Brème Scarda). La brème franche semble aussi absente en Alpes Maritimes, en Isère et dans le lac Léman.
Si ce cyprin est relativement peu recherché par les pêcheurs amateurs, il est très convoité par les compétiteurs pour les scores qu’il peut engendré.
Noms vernaculaires
Brème, brame, brama, brèmaille, baveuse, bresen, breume, plaquette pour les petits sujets et brèmasse pour les grosses brèmes en Languedoc Roussillon, daourade dans le Gard et plateau dans le Nord

Description détaillée

Membre de la classe des Actinoptérygiens, de l’ordre des Cypriniformes et de la famille des Cyprinidés, la brème « commune » est également appelée aussi brème franche. Elle est Otophysaire et perçoit les vibrations dans l’eau par la ligne latérale du corps.
Curieux poisson bossu recouvert d’un mucus visqueux, qui est, avouons-le peu agréable à manipuler. Lorsque l’on observe ce poisson, le corps de la brème est aplati latéralement,
breme
  d’où son nom de plaquette) large, ovale, haut et sa tête est relativement petite. Sa nageoire caudale est échancrée. Son museau est obtus, sa bouche protractile est placée vers le bas en oblique ce qui lui permet de sucer le substrat et ses lèvres ne portent pas de barbillon; La mâchoire supérieure déborde la mandibule, tournée vers le haut. Sa couleur est dans les teintes de gris argenté sur les flancs et le ventre d‘un gris plutôt foncé, un dos niellé de teintes olive ou brunâtres alors que les nageoires sont d’un joli brun gris. La nageoire caudale est très échancrée et la nageoire anale en forme d’étendard inversé. Ses flancs sont clairs et bronzés avec parfois des éclats métalliques ou bleutés suivant la saison et son habitat.

 

BREME

Elle possède entre 50 à 55 écailles sur cette ligne latérale. Grâce à sa ligne latérale très sensible, elle perçoit les vibrations dans l’eau qui sont ensuite retransmises jusqu’à son oreille interne, via sa vessie natatoire. Ceci lui  permet de deviner la vitesse des courants et ainsi de s’adapter ou de rechercher un poste de repos plus adapté à son mode de vie.
Cette ligne latérale lui donne également d’autres indications importantes comme la pression de d’eau qui varie suivant la profondeur et la manne des nourritures chutant dans l’eau.
Il s’agit du poisson le plus large des poissons d’eau douce par rapport à sa longueur et il peut ainsi faire face aux courants sans grands efforts.
Malgr é tout elle est très handicapée dès que les courants sont puissants.

breme commune
  En combat de pêche, sa lutte est intéressante car la brème utilise les contraintes sues à sa forme haute pour entraver les tentatives derécupération du pêcheur pour le mettre dans l’épuisette.

Conseils d’expert

La brème à plutôt tendance à se nourrir d’esches immobiles et elle ne dédaigne pas les farines. Il est donc prudent de ne pas la gaver pour les pêches en début de saison.
La brème se protège des maladies grâce au mucus qui le recouvre.
Evitez de trop la manipuler avant de la remettre à l’eau.

Régime alimentaire.
Poisson omnivore et grégaire, vivant essentiellement sur le fond, la brème cherche
 

 

breme

 

sa nourriture tête en bas, nageoire caudale relevée fouillant la vase et les herbiers. Sa nourriture est essentiellement composée de larves d’insectes,spécialement les chironomes et les annélides quelle trouve dans les substratsmais ceci ne l’empêche pas de se nourrir également de graines, de mollusques et de vers.La brème est un cyprin omnivore et de ce fait sa nourriture est très variée. Elle apprécie plus particulièrement l’asticot, le ver de vase, les terreaux, les mousses et les herbes. De petits pellets sont aussi très appréciés ainsi que les graines de maïs et de chènevis.

Reproduction.

Les brèmes sont matures vers l’âge de cinq ans. En période de fraye les couleurs se ravivent et les mâles présentent des boutons nuptiaux sur le dessus de la tête. Cette fraye se fait en groupe bruyant et se déroule vers la fin du printemps jusqu’en juillet dans les cours peu profonds, sur les végétaux ou les roches. Sa ponte s’étale sur 6 à 10 jours et varie de 50.000 à 200.000 œufs, suivant la taille de la femelle (30.000 œufs par kilo de son poids). Cette éclosion est sujette à la température de l'eau. Une légende romanesque alléguant que sa pudeur l’oblige à pondre la nuit, à l’abri des regards indiscrets.

Habitats
Très répandue dans toutes les eaux de l'hexagone, elle est le marqueur de la quatrième zone de Huet, une zone définie par une pente relativement faible, possédant une largeur importante avec de grands débits et un faible courant.
La brème commune occupe les cours moyens et inférieurs de la plaine, rarement des lacs, préférant les rivières, les canaux des fleuves et les étangs. La brème s’adapte très rapidement aux lieux où elle est déplacée à l'exception des ruisseaux et des eaux fraîches. Les plus gros sujets fréquentent plutôt les lieux calmes, les eaux plutôt tempérées, loin des berges lorsque la topographie du « terrain » le permet. Elle se déplace généralement en bancs importants dans les lacs de plaine, les étangs et elle semble poursuivre toujours un même itinéraire, longeant lentement les bordures. Elle évolue dans les herbiers, dans les fosses et les fonds limoneux et se contente d’une eau de piètre qualité.


Ressources : LOGRAMI CSP - ONEMA - INPN - DORIS - WIKIPEDIA

articles
breme

la pêche au coup   la pêche au feeder

La pêche au coup, plus familièrement appelée "pêche à la ligne flottante", est certainement la plus populaire de toutes les pratiques de pêche. Elle permet de prendre les poissons blancs et de réaliser de belles bourriches : ablettes, gardons, tanches, barbeaux, carassins, brèmes etc...
lire

Le quiver tip est un scion fin et souvent de couleur, qui permet de visualiser la touche lorsque le poisson se saisit de l’appât dissimulé dans le feeder déposé sur le fond de la rivière . Compliqué ? Pas du tout il n’y a pas plus simple. Ne cherchez pas les complications du langage anglo-saxon. Le quiver tip est un scion qui se fixe sur voir


la pêche à la bolognaise   la pêche à l'anglasise
Appelée aussi « pêche à l’italienne », cette technique du coup au moulinet et très efficace dans les rivières à courant soutenu et en absence de vent. Le montage est souple et s’adresse plus particulièrement à des poissons méfiants qui occupent la couche inférieure de l’eau et le fond de l'étendue d'eau.
voir
Apparue vers les années 1960, cette variante de la pêche au coup permet de chercher les poissons à grande distance. Lorsque ces cannes  souples, légères et agréables au toucher furent présentées au grand public, les pionniers de l’époque avaient déjà compris tous les avantages que cette technique pouvait apporter
voir

FACE BOOK pub 1MAX tp
Le Guide Pratique de la Pêche et des Poissons en Cévennes est une conception de Daniel RICOTTEAU et une réalisation de Daniel LAURENT
la reproduction des contenus de ce site est interdite sans l'autorisation du webmaster © SGDL

page légale