Depuis le 1 er janvier 2006 vous êtes sur le site de Daniel LAURENT - auteur halieutique independant - moniteur guide de pêche breveté multi-pêches - éducateur sportif BP Jeps
LOGO
b expert

LES CONSEILS DE L'EXPERT

boutic La pêche à la mouche réclame un matériel spécifique de prix abordable pour débuter. Si le "moucheur" se prend au jeu, il cherchera à améliorer ce matériel, notamment la canne (le fouet) pour optimiser ses lancers et prendre du plaisir dans cette gestuelle singulière. Vous trouverez dans la boutique tout le nécessaire.   
voir
accueil> techniques de pêche> la mouche>>
la pêche à la mouche
onglet

truite et salmonidés

pêche à la mouche

 

MOUCHE


  truite fario - photo yvon zill

En restant discret, en marchant d'un pas léger, vous apercevrez certainement une truite monter à la surface, gober une émergente, à moins d'une dizaine de mètres de vous.
Nullement effrayée par votre présence puisqu’elle ne vous a pas vue, toute occupée à s’alimenter ou à chasser dans une coulée, elle est toute proche d’herbes aquatiques submergées.
Instinctivement vous aimeriez vous avancer, mais n’en faites rien !
Reculez-vous légèrement et pénétrez dans l’eau, en aval de sa position, sans faire rouler de cailloux.
Déployez la soie par de faux-lancers sans taper l’eau et lorsque vous aurez jugez que la distance est bonne, faites passer votre mouche à quelques centimètres, gauche ou droite, du champ de vison du poisson.
Si rien ne se produit, vérifiez que votre mouche flotte correctement en la séchant pour que le courant la porte exactement où la coulée est la plus naturelle.
Après 3 lancers infructueux... changez de mouche !
L’observation du cours d’eau et la manière dont s’alimente les poissons, permet de déterminer quel est le menu du jour.
Cette phase d’observation est indispensable pour choisir la mouche et s’approcher discrètement pour déposer sur le nez de la truite convoitée votre mouche… tout en douceur.
Pour le promeneur qui s’approche de la rivière, la pêche à la mouche peut paraître spectaculaire

Comme il est impossible de lancer une mouche artificielle, faites de plumes et de poils dans la majorité des cas, il a fallut imaginer un stratagème pour déposer à plusieurs mètres cette imitation de quelques grammes.
C’est donc à l’aide d’une soie qui est elle-même propulsée par un fouet, que sera transporté le bas de ligne en nylon et la mouche et qui permettra au pêcheur de lancer la mouche dans le champ de vision du poisson.

La ligne n’est pas vraiment lourde, elle peut être flottante, neutre ou plongeante, mais dans tous les cas son déploiement est vraiment singulière, une arabesque dans les airs de toute beauté.
La soie, même légère, est bien trop lourde pour poser la mouche, c’est donc un bas de ligne réalisé de plusieurs brins de nylon qui aboute la mouche à la soie. Cette longueur dépend de la discrétion voulue et varie de manière dégressive du 40 ou 45/100 au départ de la soie pour diminuer jusqu’à 14-12-10/100 suivant les nécessités du moment et le poisson recherché.Reste alors à soigner la présentation de la mouche, ce qui est la phase décisive de la pêche (toutes techniques confondues) ! Pour que le poisson attaque la mouche artificielle, elle doit se présenter de façon naturelle, comme le ferait une vraie mouche qui se pose sur l’eau ou qui dérive, emportée par le courant, soit en surface, soit sur le fond, parfois à mi-eau…

Posez votre mouche 1 à 2 mètres en amont de la truite en laissant suffisamment de mou dans le bas de ligne pour lui donner une bonne souplesse ce qui évitera un dragage, emporté par l’inertie de la mouche.
Si ce dragage est perçu par la truite, elle refusera votre mouche.

  moucheur
peche à deux mouches   La tactique et les choix personnels du pêcheur tiennent également une place prépondérante !
Le choix de la mouche est dicté par le comportement du poisson.
- S’il se nourrit en surface, il provoque le « gobage »  dont rêve le pêcheur qui utilisera une mouche sèche.
- Si au contraire, il se nourrit sous l’eau vous préférerez la nymphe, cette imitation de larve (ou en période de métamorphose) durant l’ascension du fond vers la surface.
Lorsque la truite ne gobe pas en surface, la pêche à la nymphe permet de pêcher à la mouche pendant toute la saison estivale, et ce, depuis l'ouverture de mars...
Si votre vision n'est pas exceptionnelle ou que les eaux sont troubles, sombres;, vous aurez toutes les peines du monde à repérez les poissons (truite ou ombre). Dans ces conditions, l'astuce consiste à pêcher avec deux mouches pour faire d'une pierre deux coups !
Attention malgré tout aux emmêlages...
Fixez une nymphe en bout de ligne et une grosse mouche sèche (un palmer tricolore par exemple) qui veut tout à la fois pêcher en surface mais également servir de flotteur et de repère pour peu que vous graissiez suffisamment cette mouche sèche.
En action de pêche, lorsque la mouche doit être changée plusieurs fois vous devrez renouveler la pointe, dans le cas contraire vous rencontrerez des problèmes d'équilibre.
Pour une bonne présentation de la mouche dans l'axe de vision de la truite, pêchez en progressant de l'aval vers l'amont, pour échapper à son regard.
Tenez-vous le plus bas possible en n'hésitant pas à vous agenouiller dans l'eau lorsque cela est nécessaire.
Posez la mouche en amont du poisson, en décalant la soie sur le côté pour ne pas l’alerter.
  mouche sèche nymphe

 

 




voir
 
RETOUR ACCUEIL LES TECHNIQUES DE PÊCHE LES BONS COINS DE PÊCHE
LES POISSONS DE L'OCEAN LES POISSONS D'EAU DOUCE LES COQUILLAGES ET LES CRUSTACES

gammare   gammare   baril
LA TRUITE AUX APPATS NATURELS
voir
  LES ESCHES POUR PECHER LA TRUITE
voir
  MONTAGES POUR LA TRUITE
lire

FACE BOOK boutic
1MAX
tp
Le Guide Pratique de la Pêche et des Poissons en Cévennes est une conception de Daniel RICOTTEAU et une réalisation de Daniel LAURENT
la reproduction des contenus de ce site est interdite sans l'autorisation du webmaster © SGDL
page légales