patrick peche cevennes
daniel
PECHE EN GUYANE... PERSONNE DE VOUS CROIRA !
les YAYAS
des centaines de variétés de poissons dont des espèces inconnues
Les surprenants Yayas

Patrick Fresquet m’avait prévenu :
«tu verras Daniel, ici la pêche est vraiment très surprenante».

Si vous décidez de partir en Guyane, oubliez les gardons et les brèmes à l’asticot et découvrez les yayas qui préfèrent «casser la graine».

Du matériel mit à rude épreuve, des astuces anachroniques, un séjour étonnant, une pêche extraordinaire de poissons exotiques.


Récit d'une aventure peu banale.
Des pionniers pour le coup !

Avant notre « safari pêche des poissons blancs» nous avions recherché dans plusieurs encyclopédies et sur Internet des renseignements sur la pêche au coup dans ces contrées.

A l’évidence nous sommes des pionniers en la matière.

Nous comptons mutuellement l’un sur l’autre, puisque tous deux spécialistes aux aptitudes différentes mais complémentaires pour réaliser des pêches absolument inédites.
guyane bolo Un bras calme pour le moulinet.
Les deux premiers jours, notre approche dans la quête des poissons du seuil « Takari Tanté » est surtout axée sur la découverte des postes.

Il nous apparaît difficile de pêcher de la berge tant la luxuriance de la forêt interdit toute action traditionnelle.

Nous sommes donc obligés de pêcher de la pirogue à l’anglaise et à la bolognaise.

Les arbres gigantesques (de plus de 50 mètres de haut) qui nous surplombent nous apportent un semblant de fraîcheur ; il fait 38°C à l’ombre et l'humidité est pesante (90%).
Les poissons attaquent les plombs.
Fidèle à la tradition du coup de notre hexagone, j’ai concocté une amorce avec les produits du pays acheté dans une épicerie de Kourou, chez un chinois.

Cinq litres d’amorces de départ devraient suffire à rassembler les poissons du secteur sur mon coup.

Enfin je le crois.
Deux cannes : une anglaise et une bolognaise et un même montage de ligne.
Sur le moulinet, le nylon est en 14/100 et il est prolongé par une queue de rat progressive jusqu’au 8/100. Un hameçon de 16 esché d’un petit grain de maïs car nous n’avons pas d’appâts vivants dans l’immédiat.
Pour la bolo le flotteur est une boule de 3 grammes et pour l'anglaise un waggler de 2+1. Je débute à l'anglaise et le waggler n’a pas le temps de se stabiliser que déjà il se déplace latéralement.
Ferrage dans le vide… le maïs n’est plus à l’hameçon !

Bon sang, mais qu’est-ce qu’il y a là-dessous ?

!Deux fois, cinq fois, dix fois c’est le même manège !
Que nous remontions ou descendions notre profondeur ou la plombée, c’est toujours la même sanction.

Exaspérant Parfois le maïs est toujours en place mais il est légèrement grignoté. Les plombs bougent sur la ligne, la peinture verte est mise à mal et la plombée est modifiée à chaque attaque.

Tous les poissons ont des dents et ils grignotent les plombs…
Incroyable !

Je trouve dans ma boîte des imitations d’asticots blancs Berkley en plastique mou.
Au premier ferrage c’est la casse… Je monte du nylon 12/100 pour un hameçon de 14, deux faux asticots…

Bingo !
amorce yaya
YAYA SADINE
TOMATE
PIRANHA
YAYA SADINE
yaya bolo


patrick
Changement de méthodes.

Les jours suivants, nous délaisserons l’anglaise et la bolognaise pour utiliser la télescopique sur les yayas, noms communs donnés aux petits poissons, tous plus ou moins bizarres, aux robes bigarrées.
Des espèces souvent inconnues.

C’est avec une canne télescopique pour gros poissons «Harrier » de Daïwa que nous poursuivrons cette quête de poissons étonnants ; des petites «bombes» variant entre 15 et 30 cm.
La touche est rapide car les poissons sont vraiment très nombreux.

Ils attrapent les appâts synthétiques à tous les niveaux de la couche d’eau et les plus beaux spécimens ne sont pas obligatoirement sur le fond.

Nous allons manquer d’appâts synthétiques rapidement...
Patrick met à pourrir quelques petits poissons pour obtenir des asticots frais.

Au bout de trois jours nous aurons des «blochs» énormes, le plus petit est gros
comme une teigne !

daniel plage
Voici enfin la première prise.
Une espèce représentative des yayas.
Entre ablette et sardine, c’est un « Bryconops affinis » que les Amérindiens appellent le «yaya sadine»

.Puis c’est au tour d’un autre yaya, un «Etouloulou».

Comment, ce poisson, peut-il envisager de croquer ce grain de maïs 10 fois plus gros que sa bouche ?
En retroussant ses lèvres nous apercevons de belles dents de chérubins.
L’explication est là, pour se nourrir ces poissons cassent la graine ou les fruits tombés des arbres et Dame Nature les a pourvus d’une belle dentition en conséquence.

Patrick jubile « je te l’avais dit ».


Le principe est vite assimilé, nous modifions nos paramètres et nous remplissons très rapidement la bourriche.
Au soir du premier jour, nous conservons les plus beaux spécimens dans cette bourriche à mailles fibres pour faire des photos à la clarté du matin.

Fichue idée car le lendemain nous la retrouverons béante, déchiquetée par une loutre ou un poisson carnassier de passage…
Farouche nature

.YAYA

daniel karp denti


Après l'effort de la marche dans l'eau, la fatigue de la pêche dans une ambiance surchauffée et très humide, le carbet est un refuge qui nous offre un havre de paix. Il est 18 heures, le jour baisse, c'est le moment du t'punch, de nos souvenirs communs en métropole, tout ceci accompagné par les airs lancinant de la guimbarde qui trouble la nuit.
Nouvelle technique pour traquer les poissons en bordure.
Au quatrième jour nous trouvons enfin une minuscule plage de sable sous le seuil de Takari Tenté.
Nous pêchons la bordure dans 1 mètre d’eau…

Ce site s’avère être très riche en «Karp Denti», entre le carassin et le mulet.
Si sa taille est celle d'une belle truite portion, ses comportements de lutte sont comparables à celle d’une carpe de plusieurs kilos et la bagarre est dantesque.

Impressionnant…
Je tente le feeder sur le fond pour tenter de plus grosses prises, mais ce curieux poisson prend l'appât à tous les étages et met à mal le matériel. Finalement je n’utilise que le kit de la canne Shimano Technium BX1300 sur lequel est monté un Sensas Creazy Hollow Elastic creux de 2.2 sur 4 éléments.

Nous enregistrons des touches environ toutes les 15 secondes, sur d'autres poissons également qui font entre 100 et 500 grammes.
J’ai bourlingué dans17 pays auparavant, mais vraiment, je n’avais jamais vu cela !
C’est absolument incroyable…

Le soleil tape dur, il fait très chaud.
Nous nous baignons au milieu des poissons qui ne sont pas le moins du monde dérangés par nos ablutions.
J'ai même l'impression que plutôt de les faire fuir nous les concentrons.En riant, j’imagine la tête de quelques amis si je me baignais sur leur coup pendant un championnat de ligue…
Crise de fou rire avec Patrick.
Ce jour là, en moins de 2 heures, nous ferons plus de 200 poissons dont 11 espèces différentes…
Vers 18 heures, nous rentrons au camp de base, épuisés mais heureux, avec une foule de sujets qui meubleront nos discussions du soir autour de l’incontournable Ti' Punch et des airs de guimbarde.



reportage carnets de route
V
le Koumarou les yayas
la Karp denti les poissons
lignes et amorces expédition Aïmara
l'Oasis de Kourou safari - pêche
le guide de la Guyane
radio guyane vidéo pêche de l'Aîmara le département de la Guyane
RETOUR ACCUEIL LES BONS COINS DE PECHE EN FRANCE
Textes de #laurentdaniel
Photos de Patrick FRESQUET et #laurentdaniel
a reproduction des contenus de ce site est interdite sans l'autorisation du webmaster © SGDL
page légale