depuis le 1 er janvier 2006 vous êtes sur le site officiel de Daniel LAURENT - auteur halieutique indépendant
LOGO
LAURENT BON COIN

04 - LE lac de castillon
V voir
La bouillette est plus sélective
et plus robuste que les graines,
la bouillette permet de lancer plus loin et de pêcher plus longtemps
voir
index> les bons_coins> castillon>
bandeau
lac de castillon  

LE LAC DE CASTILLON - La vallée du Verdon est mondialement connue pour ses gorges vertigineuses, haut lieu de la pratique des sports d’eau vive.
Le cours de cette rivière est interrompu à 3 reprises par des barrages.
Le doyen, et le plus amont, de ces édifices est le barrage de Castillon.
Construit en plusieurs étapes durant la première moitié du XXème siècle, le barrage, d’une hauteur de 100m retient 150 million de mètres cubes d’eau répartis sur 8km de long, représentant une surface de 500 ha.
Encaissé dans la vallée naturelle de la rivière, les berges sont souvent assez fortement pentues, rendant la pratique de la pêche parfois délicate. Cependant, dans sa partie nord, appelée la baie d’Angles, les nombreuses aires de repos de la RN 202 permettent d’accéder assez facilement à la rive droite du lac sans devoir promener le matériel sur une trop longue distance.
De plus, à cet endroit proche de l’entrée de la rivière dans le lac, la pente du fond est moins accentuée.Le parcours.
En cette fin du mois de juin, c’est sur l’une de ces aires, au niveau de la commune de St André les alpes, que nous avons rendez-vous avec Stéphane Manne.


Stéphane est né à proximité de ce lac et le connait très bien.
Il nous informe qu’il présente une très forte densité d’ablettes de toutes tailles rendant difficile la capture des plus gros poissons en pêchant à la canne au coup, mais également une forte densité de gardons de 50 à 300g, des hybrides de 300g à 1 kg et des brèmes pouvant facilement dépasser les 2kg. C’est pourquoi il privilégie le plus possible la pêche au feeder ou à l’anglaise. Dans ce dernier cas, la pêche au coulissant est obligatoire et nécessite l’utilisation des lignes lourdes, portant jusqu’à 10g de plombs sur la ligne, voire plus, pour passer « au travers » des ablettes. D’autre part, la concentration de ces poissons fourrage attirerai irrémédiablement les carnassiers, comme les perches ou les brochets, présents en nombre et pouvant atteindre des tailles considérables compliquant fortement la partie de pêche .Pour ces raisons, il nous conseille d’utiliser des amorces de couleur assez neutre, voire sombre et assez collantes. L’eau est d’une magnifique couleur turquoise cristalline et les moindres particules nuageantes ne manquent pas d’attirer rapidement des troupeaux d’ablettes
  CASTILLON

anglaise   La technique
Nous pêcherons principalement à l’anglaise avec un montage coulissant ce qui nous permettra de tester une nouveauté 2012 de la gamme de la marque Rive, la R113 Waggler 4,20 médium (Cf « test produits »).
Nous avons monté un waggler coulissant RW24 d’une portance totale de 10g dont 7g sur la ligne en utilisant un montage de type « anglais », le flotteur reposant sur la masse de plomb au moment du lancer.
Une autre canne est montée avec un flotteur préplombé et une ligne plus légère (4g sur la ligne) montée cette fois « à l’italienne », les plombs et le flotteurs étant distants d’environ 40cm lors de l’impulsion.
Ce montage permet d’utiliser des flotteurs relativement lourds tout en n’utilisant qu’une masse de plomb « pêchante » finalement restreinte. Les bas de lignes mesurent 30 cm en 10/100 avec des hameçon de 18.
Un sondage minutieux nous a informé de la présence d’une « marche » à un peu plus de 30m du bord. Le lac étant presque rempli à son maximum, Stéphane pense qu’il s’agit du lit de la rivière et nous conseille de pratiquer à cet endroit où le poisson se tient naturellement. A cette distance, le fond est d’environ 5m50. Si on ajoute à cela environ 30cm de traine, les ligatures d’arrêt de notre waggler se trouveront sur le moulinet au moment du lancer…
Qu’à cela ne tienne, nous devrions surmonter ce léger handicap technique, si le vent ne devient pas trop violent. Joël et Jérôme, moins à l’aise avec les montages coulissants pêcheront à une vingtaine de mètres dans environ 4m d’eau. Stéphane, quant à lui, pratiquera exclusivement au feeder, en utilisant dans un premier temps de grosses cages pour « descendre » un maximum d’amorce et d’esches sur le fond.
Si la pêche devient plus difficile, il ajustera la taille de ces feeders et la quantité d’esches qu’ils contiennent.
L'amorce Compte tenu de la densité annoncée de poissons de belle taille dans ce lac, autant dire qu’il va falloir dresser un buffet copieux. Nous optons pour un mélange assez sombre et fortement collant permettant l’incorporation d’une grande quantité de pinkies. Notre mélange se constituera donc d’amorce pour la pêche à l’anglaise (2 kg), d’amorce pour gros poissons (1kg), de tourteaux de mais (500g) ébouillanté la veille et de PV1 (300g). Afin de densifier le mélange et de l’assombrir, une terre dense, presque noire, mais peu collante et non nuageante sera ajouté après le mouillage.

La pêche
Il est à peine 9h du matin et la relative fraicheur qui nous accompagné lors de l’installation et du mouillage de l’amorce commence à laisser sa place à la chaleur estivale. Après une bonne couche de crème solaire, nous somme prêts à commencer.
Pour ceux pêchant à l’anglaise, l’amorçage de départ est réalisé à la fronde, avec une douzaine de boules de la taille d’une mandarine contenant environ ¼ de litre de pinkies au total. En fonction du comportement des poissons, nous pourront rappeler avec de fortes quantités d’esches. Pour Stéphane, le contenu d’une dizaine de grosses cages sont déposée avec précision à environ 40m du bord en utilisant le « line clip » du moulinet.Dès le départ, nous enregistrons un grand nombre de touche à la descente en raison de la nuée d’ablette qui se disputent les particules en suspension. En allongeant un peu la distance et en utilisant la ligne la plus lourde, nous parvenons néanmoins à atteindre le fond.
Après une vingtaine de minutes, le touches se succèdent à une bonne cadence et des gardons de 150g de moyenne environ rejoignent la bourriche.
Après une heure de pêche en rappelant régulièrement avec des boules riches en esches et très serrées, les touches de gardons s’espacent et laissent la place à de touches en relevé typiques de brèmes mais nous ne parvenons pas à les piquer.
Nous changeons alors le bas de ligne et optons pour un hameçon de 14 assez fin de fer monté sur 12/100 et esché au choix de 3-4 gozzers, un grain de maïs ou un panaché ver de terreau/gozzers.
Cette adaptation permet dès la première « coulée » de piquer un poisson un peu plus gros.
Après un rapide combat, un joli hybride approchant les 300g est capturé. A notre grande surprise, une fois sorti de l’eau, ce poisson libère un chapelet d’œufs.
Même si nous sommes au début de l’été, la fraie n’est donc pas terminée. Une fois ces poissons installés sur le coup, nous enregistrons une touche à chaque passe avec toutefois une réussite assez limitée (un poissons sur 3 touches environ) et surtout nous ne parvenons pas à capturer de grosse brèmes.
Au feeder, Stéphane essaye de calibrer les poissons en pêchant presque exclusivement avec des vers de terreaux et du maïs mais fait choux blanc.

Il décide alors d’affiner et d’allonger son bas de ligne et de l’escher avec 2 pinkies. 5 min plus tard, il enregistre une touche franche et violente.
La prise de contact avec le poisson révèle une adversaire de taille. Précautionneusement , il combat son adversaire qui se rapproche doucement.
Il finit par mettre à l’épuisette une très jolie brème qui doit avoisiner les 2 kg. Celle-ci est râpeuse et couverte de boutons de fraye.

Essayant de rééditer cette prise avec le même montage, il se fera casser à la touche suivante.
Il montera alors un bas de ligne long mais plus fort (1m en 14/100 avec un hameçon de 14) et parviendra à capturer quelques autres brèmes en alternant maïs, vers de terreaux et/ou gozzers comme esches.
Mais il enregistrera aussi un grand nombre de fosses touches, sans doute causées par les poissons qui « se roulent » dans l’amorce comme souvent lors de la période de reproduction.
  castillon
 
breme
castillon


voir   DES IDEES POUR ORGANISER VOTRE SEJOUR voir


voir   FEDERATION DE PÊCHE DES ALPES DE HAUTE PROVENCE LOUPE


alpes haute provence   retour bons coins de pêche
lire Bons coins de pêche dans les alpes de haute provence retour Bons coins de pêche en France


voir
RETOUR ACCUEIL TABLES SOLUNAIRES POISSONS D'EAU DOUCE POISSONS DE L'OCEAN POISSONS DE GUYANE COQUILLAGES CRUSTACES BONS COINS DE PECHE
ACTUALITES CALENDRIERS AMORCE ESCHE APPAT MONTAGE DE LIGNES TECHNIQUES DE PECHE PARCOURS RECETTES CULINAIRES
FACE BOOK PUB 1MAX tp
Le guide pratique de la pêche et des poissons en Cévennes est une conception de Daniel RICOTTEAU et une réalisation de Daniel LAURENT
la reproduction des contenus de ce site est interdite sans l'autorisation du webmaster © SGDL
page légales